.
SITE NON ACTUALISE Nous vous invitons à poursuivre sur auvergne.travel arrow

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share

Artense
Sous le sceau du secret


Calé au sud-ouest du Puy-de-Dôme, le plateau granitique de l’Artense décline un paysage de collines, dominé par la forêt, les landes et les tourbières.
L’Artense est une contrée secrète et retirée, une île perdue aux confins sud-ouest du Puy-de-Dôme, fichée dans l’angle dessiné par la Rhue et la Dordogne, à l’ombre tutélaire et polaire du Sancy. Polaire… Un adjectif qui qualifie on ne peut mieux l’Artense. Au quaternaire, de gigantesques glaciers recouvraient ce pays jusqu’au sillon de la Dordogne. Au fil du temps, ils ont façonné ce chaos de landes, de moraines et de lacs, un paysage chahuté qui évoque les étendues septentrionales de la Scandinavie.
Tout en bosses et creux, l’Artense alterne zones boisées et prés à vaches, parsemé de croix, de ponts et de murets de pierres sèches. Comme l’eau et le bois, la pierre est partout, héritée de l’action des glaciers qui, patiemment, ont raboté le vieux socle hercynien, charriant des blocs de gneiss, de granit ou de basalte qu’ils ont éparpillé ici et là, au hasard de leurs pérégrinations, tels des géants distraits. Ces blocs « erratiques » sont un peu le symbole de l’Artense, au même titre que les tourbières ou les lacs.
Pays de l'eau sous de nombreuses formes
Pays de l'eau sous de nombreuses formes
Entre Champs-sur-Tarantaine et Saint-Genès-Champespe, au cœur du plateau, ces derniers forment une petite mer intérieure, une étendue liquide et arachnéenne de quelque 200 hectares. Sur le lac de Lastioulles, on pratique la voile. Cerné par d’épaisses forêts, le lac de la Crégut est quant à lui menacé d’envasement. Plus intime, rongé par la tourbe, le lac de l’Esclauze est célèbre pour les deux îlots mordorés, pour sa faune et pour sa flore typiques, tout comme le petit lac de Laspialade, qui se présente comme un éden aquatique, un concentré d’Artense à contempler et à pratiquer avec toutes les précautions du monde.
Quelques bourgs jalonnent le plateau, mais plus sûrement, les routes et les chemins conduisent à des hameaux isolés, dont les toits d’ardoises brillent sous le soleil et dont les cheminées fument parfois jusqu’au cœur de l’été. Ici, pas d’église ou de châteaux remarquables, mais de vénérables longères abritées derrière un repli du terrain, un rocher ou une haie vive. Jusque dans ses marges et ses fractures – les gorges d’Avèze et celles de la Rhue –, l’Artense forme un tout insaisissable, un pays baigné d’ombre et de lumières, fascinant dans ses contrastes et qui ne se livre que dans un chuchotement, sous le sceau impalpable du secret.

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours