.

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share
L'âne marche régulièrement d'un pas sûr à 3/4 km/h
L'âne marche régulièrement d'un pas sûr à 3/4 km/h

Au pas de l'âne

Randonner avec un âne de bât, c’est ce que proposent de nombreuses fermes auvergnates, spécialisées dans la location de cet adorable compagnon de route.

Partir avec un âne, tel l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson qui, en septembre 1878, s’engagea dans un périple à travers le Velay et les Cévennes, en compagnie de l’ânesse Modestine.  « C’est une expérience initiatique, une démarche sur soi, assure Sylvain Lardanchet, une façon de changer d’univers, de se désintoxiquer de la routine quotidienne et de s’immerger dans la nature. » À Berbezit, en Haute-Loire, où il pilote le refuge de P’tit Âne, Sylvain Lardanchet s’est spécialisé dans l’organisation de randonnées personnalisées. Selon la composition du groupe, le nombre et le type d’étapes souhaitées, les centres d’intérêt des uns et des autres, il propose de nombreuses formules de randonnées, de la balade d’une heure ou d’une journée au périple de trois semaines…

> plus d'infos sur le chemin de Stevenson

 

 

Une vraie complicité

L’âne de bât est un animal agile et endurant, particulièrement adapté à la randonnée en famille. « C’est très motivant pour les enfants de s’occuper de leur compagnon à grandes oreilles, de marcher à son rythme, de lui parler, de le soigner. Et puis c’est lui qui transporte le matériel et les bagages, ce qui n’est pas négligeable ! » Au fil du parcours, une vraie complicité se noue entre l’homme et l’animal, sans parler des rencontres qu’il favorise avec les gens croisés sur le chemin. « L’âne est un excellent vecteur de communication, il délie toutes les langues ! », assure encore Sylvain Lardanchet, qui fournit les sacs de bât, la longe, le matériel d’attache, les trousses de soins, la ration quotidienne de l’animal et s’occupe même de réserver les hébergements. Seul bémol, le retour à la ferme : « Il y a toujours quelques larmes, c’est qu’on s’y attache, à ces animaux… ». Une bonne raison pour revenir l’année suivante, retrouver son compagnon de route et découvrir de nouveaux paysages, au rythme paisible de « l’âne si doux, marchant le long des houx… »

> retrouvez toutes les prestations avec âne de bât

 

 

 

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours