.

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share

La Bourboule, l'autre pays des merveilles

 

À l’occasion du festival de cinéma jeune public de La Bourboule, Plein la Bobine, ce n’est pas Alice qui a traversé le miroir, mais Eléonore et Gaspard, une maman et son fils de 6 ans, venus découvrir la cité des enfants. Rencontre et récit.

 

 

Eléonore et Gaspard au pays des merveilles


Pour ce week-end du mois de juin, Eléonore a décidé de faire une surprise à son petit garçon Gaspard. Depuis que sa maîtresse d’école lui a fait découvrir Ponyo, le dernier film d’Hayao Miyazaki, Gaspard ne cesse de supplier ses parents pour regarder des films d’animation. Pour lui faire une surprise, Eléonore a donc décidé de partir avec lui à la Bourboule au festival de cinéma jeune public de La Bourboule, Plein la Bobine.

Après un voyage en train qui les a menés de la gare de Lyon à la gare de La Bourboule, Eléonore et Gaspard ont pris leurs quartiers à l’hôtel du parc des fées. C’est en discutant avec leur logeuse, qu’Eléonore a appris que La Bourboule était une ville d’eau pour les enfants. La légende raconte que ce sont les fées qui ont fait jaillir l’eau thermale du miroir de faille qui surplombe la cité. La ville a poussé comme un champignon entre 1875 et 1910. D’un simple hameau, elle est devenue une des plus importantes villes d’eau du pays.

La Bourboule ressemble à un décor tout droit sorti de l’imagination de Lewis Caroll, l’auteur d’Alice au Pays des merveilles. Un décor onirique d’une ville improbable cachée au pied du Sancy, comme un Machu Pichu belle époque au cœur des volcans d’Auvergne. Rien que le nom « La Bourboule » a du être inventé pour faire rire les enfants. Comme le dit Eléonore « On ne peut pas être sérieux à la Bourboule… »
 

 

Des salles obscures aux salles de bains


C’est donc tout naturellement que la ville des enfants a donné naissance, il y a 8 ans, au festival de cinéma jeune public Plein la Bobine. Cette année, le festival était consacré à la thématique des arts culinaires. Des films bien sûr, mais aussi des expositions, des ateliers, des animations autour de la cuisine et de l’alimentation. Eléonore raconte : « On venait pour voir des films, mais on en a aussi profité pour faire la cuisine et se baigner ! »

Comme La Bourboule est la ville des enfants (on vous l’a déjà dit non ?), les thermes proposent également des soins bien-être pour les tout petits, dès 4 ans. Ainsi Eléonore et Gaspard ont pu profiter tous les deux des bienfaits de l’eau magique de la Bourboule. L’espace bien-être des grands thermes inauguré il y a deux ans et décoré avec raffinement offre aux festivaliers, aux promeneurs ou aux skieurs l’hiver un lieu de détente, idéal pour se ressourcer.

 

Après les films, les bains, et l’atelier cuisine et Eléonore et Gaspard sont allés faire une promenade au parc fenestre, LE parc d’attraction de la Bourboule. Avec son petit train, ses toboggans jaunes, sa chenille et son mini-golf, cet immense jardin planté de séquoias et de parterres de fleurs est un terrain de jeu idéal pour les enfants. Avec son charme suranné, ce parc s’intègre parfaitement dans le décor féérique de cette Bourboule imaginaire. À découvrir d’urgence !

 


Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours