.
SITE NON ACTUALISE Nous vous invitons à poursuivre sur auvergne.travel arrow

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share

Le peuple de l’air


Le ciel d’Auvergne est sillonné de centaines d’espèces d’oiseaux, nicheurs ou migrateurs – le val d’Allier constitue même un havre pour nombre d’espèces menacées.

En Auvergne, on dénombre 180 espèces d’oiseaux nicheurs ; avec les oiseaux de passage, le total s’établit à 335 espèces. Parmi elles figurent des espèces courantes ici, rares ailleurs. Par exemple, la région concentre la moitié de la population française de pies-grièches grises, et un tiers des milans royaux.
Très riche en rapaces, l’Auvergne voit certaines populations décliner, tel le circaète Jean-le-Blanc, le busard cendré, le busard Saint-Martin, le faucon pèlerin ou l’aigle botté, dont quatre-vingts couples (environ un quart des effectifs français) planent encore au-dessus de la forêt de Tronçais et des gorges de la Dordogne, de la Sioule et de l’Allier.
Pour les rapaces nocturnes, la chouette chevêche et le hibou des marais font partie de ces populations en déclin ou en danger. En plus des rapaces qui nidifient sur place, on observe des espèces venues du sud du Massif central, tels des vautours fauves et vautours moines, des percnoptères, et parfois même des aigles royaux.
L'Aigrette garzette
L'Aigrette garzette

Richement dotée en passereaux, l’Auvergne l’est également en oiseaux liées aux zones humides de montagne, et surtout dans le val d’Allier, dont la diversité équivaut à celle de la Camargue. Sans égale dans le Massif central, cette zone alluviale est aussi favorable à la reproduction qu’à la halte pour les migrateurs. En avril, l’Auvergne accueille ainsi la presque totalité des balbuzards pêcheurs, et l’on soupçonne ce bel oiseau aux plongeons spectaculaires d’être sur le point de nicher sur ces berges. Aux côtés de canards et d’échassiers, dont le héron pourpré est le représentant le plus connu, le val d’Allier sert d’escale à de nombreux oiseaux qui se partagent entre mers et continents : sternes, mouettes ou goélands leucophées, ces derniers commençant à y nicher. Autre sujet de satisfaction, la cigogne blanche a fait son apparition  en Auvergne et, chose remarquable, sans intervention humaine. Elle est arrivée en 1989 sur un site proche de Cournon-d’Auvergne, pour s’étendre ensuite en Bourbonnais où l’on dénombre désormais une douzaine de couples.

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours