.

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share
Le site du Puy-en-Velay est avant tout exceptionnel
Le site du Puy-en-Velay est avant tout exceptionnel

Le Velay

Sucs de phonolite, cônes de tuf, orgues basaltiques… Du Puy aux monts du Devès, le Velay illustre toute la diversité du volcanisme auvergnat.
Sucs de phonolite, cônes de tuf, orgues basaltiques… Du Puy aux monts du Devès, le Velay illustre toute la diversité du volcanisme auvergnat.
Le rocher et la chapelle d'Aiguilhe
Le rocher et la chapelle d'Aiguilhe
L’Auvergne illustre les types de volcanisme les plus divers : avec le site du Puy, le Velay fournit une nouvelle occasion de le vérifier. Il y a 5 millions d’années, le petit fossé d’effondrement qu’occupe la ville était noyé par un lac, quand parvinrent en surface des montées de basalte à l’origine de volcans particuliers, dits « surtseyens ». Ceci en référence à l’île islandaise de Surtsey, où une éruption a permis d’observer ce qui se passe quand un magma fluide débouche dans de l’eau peu profonde. En ce cas, la vaporisation se traduit par des explosions modérées se succédant à bref intervalle et émettant de spectaculaires panaches de vapeur, de cendres et de bombes. Un cône de tuf s’édifie ainsi autour du cratère et finalement, la partie centrale du volcan est consolidée par des débris de basaltes pris dans une pâte jaunâtre et vitreuse. Très friable, le tuf est rapidement emporté par l’érosion, tandis que les cheminées résistent, tel le rocher Corneille (coiffé de la célèbre statue de Notre-Dame-de-France) et surtout le rocher d’Aiguilhe, parfait témoin de ce volcanisme assez rare.
L’Auvergne illustre les types de volcanisme les plus divers : avec le site du Puy, le Velay fournit une nouvelle occasion de le vérifier. Il y a 5 millions d’années, le petit fossé d’effondrement qu’occupe la ville était noyé par un lac, quand parvinrent en surface des montées de basalte à l’origine de volcans particuliers, dits « surtseyens ». Ceci en référence à l’île islandaise de Surtsey, où une éruption a permis d’observer ce qui se passe quand un magma fluide débouche dans de l’eau peu profonde. En ce cas, la vaporisation se traduit par des explosions modérées se succédant à bref intervalle et émettant de spectaculaires panaches de vapeur, de cendres et de bombes. Un cône de tuf s’édifie ainsi autour du cratère et finalement, la partie centrale du volcan est consolidée par des débris de basaltes pris dans une pâte jaunâtre et vitreuse. Très friable, le tuf est rapidement emporté par l’érosion, tandis que les cheminées résistent, tel le rocher Corneille (coiffé de la célèbre statue de Notre-Dame-de-France) et surtout le rocher d’Aiguilhe, parfait témoin de ce volcanisme assez rare.
Le bassin du Puy est encadré par deux ensembles volcaniques d’importance : le Devès et le Velay oriental. Bordé par les vallées de la Loire et de l’Allier, le Devès constitue le plus grand plateau basaltique du Massif central, formé par l’éruption de plus de cent cinquante volcans stromboliens auxquels s’ajoutent une cinquantaine de maars. L’unique cratère bien dessiné est celui du mont Bar, tandis que tous les maars sont comblés, à l’exception notable de celui qu’occupe le lac du Bouchet.
L’Auvergne illustre les types de volcanisme les plus divers : avec le site du Puy, le Velay fournit une nouvelle occasion de le vérifier. Il y a 5 millions d’années, le petit fossé d’effondrement qu’occupe la ville était noyé par un lac, quand parvinrent en surface des montées de basalte à l’origine de volcans particuliers, dits « surtseyens ». Ceci en référence à l’île islandaise de Surtsey, où une éruption a permis d’observer ce qui se passe quand un magma fluide débouche dans de l’eau peu profonde. En ce cas, la vaporisation se traduit par des explosions modérées se succédant à bref intervalle et émettant de spectaculaires panaches de vapeur, de cendres et de bombes. Un cône de tuf s’édifie ainsi autour du cratère et finalement, la partie centrale du volcan est consolidée par des débris de basaltes pris dans une pâte jaunâtre et vitreuse. Très friable, le tuf est rapidement emporté par l’érosion, tandis que les cheminées résistent, tel le rocher Corneille (coiffé de la célèbre statue de Notre-Dame-de-France) et surtout le rocher d’Aiguilhe, parfait témoin de ce volcanisme assez rare.

Du côté de l’Allier, les coulées se terminent par de magnifiques colonnades prismées, alors que vers la Loire, elles ont été inversées par l’érosion. Selon un schéma courant en Auvergne, cuirassés par la lave qui s’y était épanchée, les fonds de vallées d’origine se retrouvent maintenant en relief. Le Velay oriental se caractérise quant à lui par ses sucs. Etranges pains de sucre dont les masses rocheuses émergent des frondaisons, ces reliefs sont les restes de montées de laves visqueuses qui ont transpercé une carapace basaltique préexistante ou qui sont apparues directement à la surface du socle granitique, sans aucune manifestation explosive. Nulle part ailleurs en Europe n’existe une telle concentration d’édifices de phonolite, ce qu’on vérifie en escaladant le Mézenc, le Lignon, le Lizieux ou le Meygal.

 

L’Auvergne illustre les types de volcanisme les plus divers : avec le site du Puy, le Velay fournit une nouvelle occasion de le vérifier. Il y a 5 millions d’années, le petit fossé d’effondrement qu’occupe la ville était noyé par un lac, quand parvinrent en surface des montées de basalte à l’origine de volcans particuliers, dits « surtseyens ». Ceci en référence à l’île islandaise de Surtsey, où une éruption a permis d’observer ce qui se passe quand un magma fluide débouche dans de l’eau peu profonde. En ce cas, la vaporisation se traduit par des explosions modérées se succédant à bref intervalle et émettant de spectaculaires panaches de vapeur, de cendres et de bombes. Un cône de tuf s’édifie ainsi autour du cratère et finalement, la partie centrale du volcan est consolidée par des débris de basaltes pris dans une pâte jaunâtre et vitreuse. Très friable, le tuf est rapidement emporté par l’érosion, tandis que les cheminées résistent, tel le rocher Corneille (coiffé de la célèbre statue de Notre-Dame-de-France) et surtout le rocher d’Aiguilhe, parfait témoin de ce volcanisme assez rare.

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours