.

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share
Le Musée des Manufactures de Dentelles surprend par sa muséographie contemporaine et interactive...
Le Musée des Manufactures de Dentelles surprend par sa muséographie contemporaine et interactive...

Musée des manufactures de Retournac La dentelle dans tous ses états

Que faisait-on dans une manufacture de dentelles ? Tout, sauf de la dentelle… C’est l’enseignement paradoxal que l’on tire de la visite du musée de Retournac.

À mi-côte du bourg de Retournac, entre la place du marché où se maintenait le contact avec deux à trois milles dentellières à domicile, et la gare d’où elle expédiait leur production, la manufacture Experton employait une soixantaine de personnes dans un sévère bâtiment industriel de pierre et de briques élevé en 1913. Flanqué d’une extension contemporaine dont les baies s’ouvrent sur la vallée de la Loire et le pays des Sucs, ce bâtiment abrite aujourd’hui le musée que surmonte un centre de documentation spécialisé.
Un univers insoupçonné de beauté
Un univers insoupçonné de beauté
Le ton est donné dès ce hall d’accueil, où le visiteur est reçu par des dentellières qui interrompent le ballet de leurs fuseaux pour délivrer le ticket d’entrée. Muni d’un guide en papier, on entame alors un parcours dans l’histoire de la dentelle, jalonné de tableaux anciens dialoguant avec des créations d’artistes contemporains.
C’est au XVIIIe siècle que la Haute-Loire s’est lancée dans la fabrication de dentelle. Après l’intermède de la Révolution, la dentelle au fuseau donne le ton de la mode sur tous les continents, et ce nouvel âge d’or culmine avec les pièces réalisées pour les expositions universelles de la fin du XIXe siècle. Les vitrines de cette période montrent que la virtuosité est à son comble, avec des dentelles faites de fils d’un diamètre inférieur à celui d’un cheveu, avec des copies des plus belles pièces anciennes ou avec le développement de la dentelle en fils métalliques. La Haute-Loire est alors le haut lieu de l’activité et cela conduit à la seconde section, ethnographique, qui retrace le quotidien des dentellières à domicile, tel qu’il s’est figé lors de l’apparition de la production mécanique, avec un folklore très particulier comprenant, autour du carreau, le chauffe-pieds, l’éclairage à la bouteille, le plioir ou les bobinettes. Le grand atelier rassemble la collection complète de la maison Experton.

La quatrième section est consacrée au travail créatif des dessinateurs en dentelles (18 000 dessins sur calques, 200 études à la gouache pour des motifs de châles de cachemire, etc.), avec la documentation pléthorique qu’ils réunissaient pour stimuler leur imagination. Enfin, au rez-de-jardin, dans des relents d’huile et de graisse d’autrefois, on assiste au travail des machines du début du XXe siècle rapatriées là dans les années 1980, dont l’invraisemblable complexité se double d’une fiabilité apparemment sans défaut.

 

Plus d'informations

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours