.
SITE NON ACTUALISE Nous vous invitons à poursuivre sur auvergne.travel arrow

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share

Plein sud, la Châtaigneraie

 

Calée au sud-ouest du Cantal, la Châtaigneraie ondule en prairies coupées de vastes taillis, avant de se briser nette aux abords de la rivière Lot. Longtemps considérée comme une terre ingrate, elle entretient pourtant une réelle douceur de vivre.

La Châtaigneraie fait partie de la couronne des terroirs qui ceignent le front des monts du Cantal. Méridionale en diable, hors de toute attache avec le grand volcan, elle s’offre au même soleil que les causses de l’Aveyron et Maurs-la-Jolie se veut la « petite Nice du Cantal ».
Marcoles
Marcoles
Ce pays possède une identité singulière que, de prime abord, la géographie n’aide guère à cerner. Ses routes tortueuses le soulignent, il s’agit d’un pays coupé, où les affluents de la Cère et du Lot coulent comme sur un toit, suivant d’un côté la pente de la Châtaigneraie dite grise, car ses maisons sont traditionnellement couvertes de lauzes de schiste, et, à l’opposé, celle de la Châtaigneraie rouge, couleur des tuiles canal produites jadis dans le bassin de Maurs.
Dans les deux cas, le décor fait la part belle aux pâtures d’un élevage bovin tourné vers l’engraissement et la production laitière, à défaut de beaucoup montrer l’arbre emblématique.

En bref, Marcolès, paré de granit blond et de tuiles canal, animée par ses artisans d’art, conserve une partie de ses remparts et une église de style gothique méridional. L’histoire de Laroquebrou s’est écrite à l’évidence autour de son vieux pont sur la Cère et du château qui le défend du haut d’une terrasse. Montsalvy, héritière d’une sauveté, montre dans un périmètre resserré château, abbatiale, bâtiments conventuels et demeures médiévales. Enfin, Maurs-la-Jolie a pour sa part grandi en rond autour d’une abbaye bénédictine dont subsiste l’abbatiale Saint-Césaire, écrin d’un célèbre buste-reliquaire roman de son saint patron. Fidèle à son passé, la Châtaigneraie s’affirme au travers de deux noms qui fleurent bon le sud cantalien, birlou et Mourjou. Le premier est un savoureux breuvage associant la pomme à la châtaigne, quant à Mourjou, c’est la capitale de la châtaigne et de ses déclinaisons, du stage de greffage aux dégustations de pélou (crème de châtaigne et vin blanc du Fel), ou de pélou-tonic, qui est au pélou ce que le kir royal est au kir. A l’instar de nombreuses  recettes modernes, ces apéritifs sont nés à la foire de la châtaigne de Mourjou, une manifestation jalousement préservée de toute dérive et qui attire quelque vingt mille personnes dans ce village de trois cent cinquante habitants.

 

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours