.

L'objet a été ajouté à votre carnet de voyage.

Cet objet existe déjà dans votre carnet de voyage.

Envoyer à un ami

Votre Email :

Email destinataire :

Partager

Permalien :
Bookmark and Share

Saint-Pourçain
Enfin dans la cour des grands

 

En recevant le label AOC en 2009, le vignoble de Saint-Pourçain a enfin conquis son Graal, reconnaissance de son histoire et des efforts déployés pour en améliorer la qualité.

Le Saint-Pourçain tirerait son origine d’une colonie phénicienne installée à Chantelle et dont les vignes couvraient les coteaux de la Bouble, un affluent de la Sioule. Au Moyen Âge, produits par les moines bénédictins, les vins de Saint-Pourçain étaient présents à la table des rois – on sait notamment que Saint Louis en fit servir lors des fêtes organisées pour l’adoubement de son frère. En Avignon, les papes appréciaient également ce breuvage, dont ils faisaient chaque année l’acquisition de dizaines de barriques. Par la suite, et jusqu’à la fin du XIXe siècle, les ports de Cotigny et de la Chaize, sur l’Allier, firent transiter ces vins vers la région parisienne et le centre de la France. Cette page de la production de masse s’est tournée avec les ravages causés par le phylloxéra.
le rosier indique la bonne santé de la vigne
le rosier indique la bonne santé de la vigne

Aujourd’hui, après quelques décennies d’errance, les vignerons de Saint-Pourçain n’ont d’autre but que l’excellence. Leur petit vignoble se nourrit de sols très variés, argilo-siliceux, argilo-calcaires et granitiques ; ajoutés aux cinq cépages autorisés, ils obtiennent des vins blancs, gris, rosés et rouges qui peuvent se boire en toute occasion. Judicieuse alternative aux vins de Loire, les blancs, désaltérants à souhait, sont les produits phares de l’appellation. Issus de cépages tressallier (une variété indigène inconnue ailleurs), chardonnay et sauvignon, ils sont originaux et bien typés, à la fois secs, fruités et un peu épicés. On peut les conserver deux à quatre ans. Ils se servent frais (8 à 10 °C), sur des poissons et des fruits de mer, ou en apéritif. Légers et fruités, les gris et les rosés, issus de gamay noir à jus blanc, sont à servir frais également, sur les repas d’été et pourquoi pas en apéritif. Quant aux rouges, (gamay et pinot noir), francs, équilibrés et gouleyants, ils illustrent le renouveau du vignoble. Selon les cuvées, ils se gardent un à quatre ans et se servent entre 12 et 16 °C, sur de la charcuterie, de la viande ou du fromage.

 

> plus d'infos sur www.vignerons-saintpourcain.com

Nos articles

Haut
Tourisme en Auvergne
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.

Recherche de disponibilités en cours